E2E Testing

Optimiser la qualité et la valeur grâce au cycle de vie des tests logiciels

by | octobre 16, 2018

Optimiser la qualité et la valeur grâce au cycle de vie des tests logiciels

La qualité des produits logiciels a des répercussions directes sur la fidélisation de la clientèle et l’image de marque. Une version qui présente des défauts peut entraîner une réaction en chaîne pour l’entreprise. Un seul défaut logiciel dans une version pourrait avoir des répercussions négatives sur votre entreprise pour les années à venir. Les cycles interminables de correctifs font perdre de l’argent et des bénéfices. Les frais de l’entreprise augmentent pour fournir aux utilisateurs l’assistance technique supplémentaire qu’ils demandent.

 

Les tests logiciels permettent de réduire les risques pour l’entreprise en garantissant la facilité d’utilisation et la qualité du produit logiciel publié. Dans cet article, nous nous intéressons de près au cycle de vie des tests logiciels (STLC) ainsi qu’à la façon dont il permet de réduire les risques et d’augmenter la valeur à chaque version. Les DSI et les responsables informatiques qui comprennent et utilisent les phases du STLC sont en mesure de réduire les coûts, d’améliorer la qualité des produits et d’accélérer le planning des versions.

 

Dans cet article, nous examinons chaque phase en identifiant son objectif et ses livrables afin de vous montrer comment tirer parti des tests logiciels pour améliorer les processus d’entreprise et créer de la valeur à travers toute l’organisation.

Qu’est-ce que le cycle de vie des tests logiciels ?

Le cycle de vie des tests logiciels (STLC) est une méthodologie d’assurance qualité (AQ) qui teste l’interface utilisateur d’un système ou produit logiciel.

 

Le STLC détecte les dysfonctionnements, problèmes, erreurs et autres défauts logiciels susceptibles d’affecter l’expérience utilisateur. Il est nécessaire d’identifier les vulnérabilités potentielles des logiciels pour améliorer la sécurité. Le STLC devrait garantir un déploiement harmonieux et réussi de chaque nouvelle version.

 

La méthodologie actuelle du STLC a été développée afin d’instaurer la standardisation des tests, car les équipes de développement ont adopté les méthodologies agiles plutôt que la méthode en cascade traditionnelle.

———-

Vous pourriez également apprécier notre article
Méthodologie agile ou en cascade : comment sélectionner le bon outil

———-

Les tests logiciels et la méthodologie en cascade

Les méthodologies de livraison logicielle traditionnelles ou classiques, et notamment la technique en cascade, reposent sur des étapes de développement. Ces étapes apportent une progression logique du travail, strictement linéaire et séquentielle. Une phase ne peut pas commencer tant que la précédente n’est pas terminée.

 

Ce processus rigide instaure de la discipline et est utile au début du développement logiciel. Les équipes massives nécessaires au développement ont besoin de discipline et de directives claires à chaque étape.

 

Les tests constituent une étape distincte selon la méthode en cascade, qui les sépare des autres phases comme la formation des idées, la conception et la mise en œuvre. Le travail doit être terminé à l’étape des tests avant que le projet puisse passer à une autre étape, afin de garantir la facilité d’utilisation du logiciel.

L’introduction d’Agile

Agile a été développée en réponse à l’évolution des besoins du secteur du logiciel en maturation. Les sociétés avaient besoin d’une plus grande flexibilité lors du développement pour répondre rapidement à l’évolution des besoins du marché.

Par le passé, le développement était confié à des équipes plus petites et moins spécialisées. La méthodologie en cascade et son processus de développement strictement linéaire n’apportaient pas la flexibilité et l’adaptabilité dont les entreprises avaient besoin.

 

Agile repose sur un processus itératif et incrémentiel. Elle fournit des cycles courts d’amélioration constante du produit. À la fin de chaque cycle, le travail est évalué et de nouveaux objectifs sont définis, afin d’aboutir à un produit prêt à être publié à la fin de chaque cycle.

Les entreprises bénéficient ainsi d’une plus grande flexibilité. L’équipe peut adapter son travail avec rapidité et facilité, car les objectifs sont définis avant chaque cycle. Des cycles de versions plus courts sont possibles, car un produit utilisable devrait être disponible à la fin de chaque cycle.

 

Avec Agile, l’étape de test distincte est éliminée et les tests sont effectués en même temps que la programmation et les autres tâches de développement.

Les tests logiciels et Agile

Pour garantir la qualité de chaque version logicielle, des normes de test sont venues compléter les méthodologies et l’écosystème agiles. C’est ce que l’on appelle le cycle de vie des tests logiciels.

 

Généralement, avec Agile, les tests logiciels ne sont pas confiés à des membres précis de l’équipe. Chaque membre de l’équipe doit effectuer des tests lors d’un cycle de travail. Des versions propres du logiciel sont chargées plusieurs fois par jour grâce à l’automatisation de la compilation et de l’exécution des tests unitaires. C’est ce que l’on appelle l’intégration continue.

 

Les tests sont également effectués tout au long du processus de développement et par les membres de l’équipe. Les développeurs agiles effectuent des tests, mais ce ne sont pas des testeurs. C’est ce que l’on appelle l’approche « équipe entière » des tests.

 

Le STLC fournit un processus de test standardisé, sophistiqué et robuste qui peut être utilisé dans les cycles itératifs et courts du développement agile. Il standardise les phases des tests pré-publication des applications et produits logiciels, chaque phase ayant des objectifs et livrables différents. Les tests et la programmation sont effectués en même temps.

———-

Vous pourriez également apprécier notre article
Au-delà de l’automatisation des tests : ne laissez rien au hasard

———-

Les 4 phases du cycle de vie des tests logiciels

Il existe de nombreuses variations du cycle de vie des tests logiciels.

 

Chaque organisation qui adopte Agile doit également réfléchir à sa stratégie de test logiciel. Les organisations devraient sélectionner une stratégie de test qui répond aux spécifications du projet. L’objectif est de garantir la meilleure qualité possible du produit tout en exploitant les ressources disponibles, sans augmenter les coûts du projet.

 

Bien que les organisations puissent adapter leur méthodologie de test pour répondre à des besoins précis, les phases fondamentales décrites ci-dessous fournissent les fondations du cycle de vie des tests logiciels agile.

Phase 1 : planification dans le cycle de vie des tests logiciels

La phase de planification a pour objectif d’identifier la portée et les spécifications à tester.

 

Une compréhension rigoureuse de la faisabilité des spécifications du projet est nécessaire. Chaque spécification devrait être étudiée, et un test devrait être identifié pour s’assurer que le projet satisfait à cette spécification. Il est possible que certaines spécifications ne puissent pas être testées, auquel cas il est nécessaire de définir un plan pour la gestion et l’examen du travail effectué.

 

Au terme de la phase de planification, vous devriez disposer d’un plan de test qui couvre les aspects essentiels des livrables du projet.

Défis de la planification dans le STLC

De nombreux projets de test échouent lors de la phase de cadrage et de planification.

 

Ce qui devrait être un examen minutieux du document des spécifications d’un projet peut aisément donner l’impression de naviguer à l’aveugle. La pure spéculation est source de problèmes, car l’équipe parvient difficilement à déterminer les critères de réussite des spécifications.

Certains planificateurs sous-estiment le volume de tests nécessaire au projet. Cela entraîne une augmentation des risques du projet ainsi que des erreurs et échecs inattendus lors de la publication du produit.

D’autres chefs de projet effectuent trop de tests, ce qui entraîne un gaspillage de ressources et la frustration des membres de l’équipe du projet.

 

Un glissement de la portée lors des tests peut également entraîner de nombreux problèmes. En effet, selon un sondage récent, 31 % des testeurs déclarent effectuer plus de tests que nécessaire afin de garantir une version de qualité. C’est une source de retards, d’augmentation des coûts du projet et de frustration.

Bonnes pratiques en matière de planification dans le STLC

  • Consultez les utilisateurs métier clés au moment de définir la portée des tests.
  • Appuyez-vous sur les retours des utilisateurs pour identifier les processus métier essentiels à tester.
  • Déterminez les problèmes courants qui ont des répercussions négatives sur l’expérience utilisateur.
  • Assurez-vous que le plan de test comprenne des tests pour les processus métier essentiels. Étant donné que c’est à ceux-ci que les utilisateurs consacreront la majeure partie de leur temps et de leurs ressources, les tests auront un meilleur retour sur investissement.
  • Assurez-vous que l’expérience utilisateur des processus essentiels soit propre et sans erreur.
  • Testez les problèmes courants pour vous assurer que le produit répond pleinement aux besoins des utilisateurs.

Avantages de la planification dans le STLC

Un plan de test à la couverture solide vous permet d’économiser à la fois du temps et de l’argent pendant le projet.

 

Si vous vous concentrez sur les spécifications clés, vos tests cibleront les aspects essentiels du projet. Vous bénéficierez ainsi d’un meilleur retour sur investissement et d’une réduction du temps et des dépenses.

 

L’équipe du projet devrait également comprendre et accepter les priorités de test fondamentales. En définissant ces priorités avant le début des tests et en obtenant l’accord des membres de l’équipe, vous pouvez éliminer les problèmes avant qu’ils ne se produisent.

Phase 2 : mise en œuvre dans le cycle de vie des tests logiciels

Lors de la phase de mise en œuvre du STLC, des scénarios de test détaillés, souvent appelés scripts de test, sont créés.

 

Les scripts de test devraient s’appuyer sur les spécifications définies lors de la phase de planification. Les retours des utilisateurs métier clés fournissent des cas d’utilisation réels et à jour sur lesquels peuvent se baser les scripts. Chaque script devrait être basé sur un processus métier ou une fonction essentielle du produit.

 

Au terme de la phase de mise en œuvre, vous devriez disposer de scripts de test qui couvrent l’ensemble des spécifications fondamentales du projet, chacun étant basé sur un processus métier réel concerné par le produit.

Défis de la mise en œuvre dans le STLC

Les scripts de test écrits lors de la phase de mise en œuvre du cycle de vie des tests logiciels couvrent à la fois les tests manuels et les tests automatisés.

 

Le processus d’automatisation des tests est conçu pour accélérer les exigences de tests rapides du développement agile. Des méthodes de test plus rapides sont nécessaires pour tenir la cadence du planning serré du déploiement et des versions d’Agile. Les tests automatisés emploient des logiciels spéciaux pour contrôler et gérer l’exécution des tests, ce qui permet d’augmenter la vitesse des tests.

 

En général, les tests automatisés sont employés lorsque des scripts sont répétés, lorsque les tests sont effectués à plusieurs reprises en utilisant des données et conditions différentes ou lorsque les tests sont fastidieux et difficiles à effectuer à la main.

 

Malgré ces avantages perçus, il existe des défis associés aux tests automatisés. L’automatisation coûte cher et sa mise en œuvre peut être chronophage. Selon les complexités métier des tests, les avantages des tests automatisés peuvent être limités.

 

Les erreurs dans les tests automatisés peuvent entraîner des problèmes importants et se révéler coûteuses. Une entreprise qui s’appuie trop sur les tests automatisés ou essaie d’automatiser des tests qu’il vaudrait mieux effectuer à la main verra les coûts, le planning et les risques d’un projet augmenter.

 

Ces défis ont amené de nombreuses entreprises à remettre en cause le retour sur investissement (RSI) des tests automatisés.

 

La maintenance des scripts de test créés peut également présenter un défi. Au fil du temps, les processus métier évoluent, notamment lorsqu’ils sont dynamiques. Si l’équipe ne met pas un processus en place pour mettre à jour les scripts de test ou exploiter les données utilisateur les plus récentes et pertinentes, vos tests deviendront imparfaits et obsolètes.

Bonnes pratiques en matière de mise en œuvre dans le STLC

  • Utilisez des processus métier, au lieu de simples instructions, pour des scénarios de test plus conviviaux et complets.
  • Chaque script de test devrait être basé sur des cas d’utilisation et processus métier réels plutôt que sur des fonctionnalités du produit.
  • Consultez les utilisateurs et les responsables des processus métier pour garantir la validité du scénario de test.
  • Construisez un processus de maintenance et de mise à jour des scripts de test pour garantir qu’ils resteront un outil puissant pour les utilisateurs et l’équipe du projet.

Avantages de la mise en œuvre dans le STLC

De nombreux développeurs, programmeurs et professionnels informatiques trouvent les scripts de test et les tests pénibles. Cependant, ces derniers constituent une étape essentielle du processus.

 

Prévoyez soigneusement dans quels cas utiliser les tests manuels et dans quels cas utiliser les tests automatisés afin d’optimiser le retour sur investissement du processus de test. Sélectionnez la bonne méthode pour chaque script de test afin de réduire les coûts. Utilisez les processus métier comme base de vos scripts de test.

 

———-

Vous pourriez également apprécier notre article
Comment les tests UAT peuvent-ils stimuler vos résultats logiciels ?

———-

Phase 3 : exécution dans le cycle de vie des tests logiciels

Lors de la phase d’exécution, l’équipe effectue les tests. Elle consigne toutes les divergences et identifie les défauts. Les divergences se mesurent par la différence entre les résultats des tests réels et attendus.

 

Les testeurs suivent les plans de test développés lors de la première phase et utilisent les scripts de test écrits lors de la deuxième phase. Les tests devraient être effectués en suivant strictement le plan. Tous les défauts, divergences, bugs, problèmes ou erreurs devraient être consignés dès leur identification. Les défauts et divergences devraient être reliés aux scénarios de test et testés à nouveau pour garantir la validité des résultats des tests.

 

Au terme de la phase d’exécution, le plan de test devrait être entièrement complété. Tous les défauts existants devraient être identifiés et documentés. Ce document, le rapport des défauts, constitue un outil important pour gérer le projet et garantir une version de haute qualité.

Défis de l’exécution dans le STLC

De nombreux défis liés à la phase d’exécution du cycle de vie des tests logiciels portent sur la documentation du travail.

 

Souvent, à cause du rythme effréné du développement et des versions, les tests deviennent une priorité basse. L’équipe sacrifie alors des tests essentiels afin de publier la version plus rapidement. Cela peut entraîner des défauts et problèmes que l’on ne découvre qu’après la publication.

 

Selon un autre sondage récent des décideurs en matière de tests informatiques aux États-Unis et au Royaume-Uni, la difficulté d’utilisation des logiciels et des outils de test constitue le plus grand défi associé à la réussite de l’exécution des tests. Les outils qui ne sont pas conviviaux et qui nécessitent que les testeurs non techniques suivent une formation approfondie et chronophage peuvent augmenter le coût et limiter l’efficacité des tests.

Bonnes pratiques en matière d’exécution dans le STLC

  • Vérifiez que le produit réponde aux spécifications en employant une matrice de traçabilité des spécifications (RTM)
  • Consignez les tests effectués pour chaque spécification. Les projets qui emploient et maintiennent une RTM présentent moins de défauts et problèmes.
  • Utilisez la RTM pour analyser le travail effectué sur un projet. Grâce à ces données, l’équipe d’AQ est en mesure de mieux estimer les cycles de travail ultérieurs. L’utilisation de la RTM permet d’éliminer les remaniements superflus et redondants afin de réduire les coûts.

Avantages de l’exécution dans le STLC

La phase d’exécution a pour objectifs de gérer et d’identifier les défauts d’une version logicielle. Grâce à la préparation et au travail effectués lors des phases de planification et de mise en œuvre, la phase d’exécution est plus efficace.

 

Le travail effectué lors de la phase d’exécution donne lieu à une version logicielle de meilleure qualité. La standardisation du travail garantit que les tests sont terminés et que l’équipe a eu toutes les occasions d’identifier un défaut avant la publication.

Phase 4 : évaluation dans le cycle de vie des tests logiciels

Lors de la phase d’évaluation, l’équipe rend compte des défauts identifiés lors de la phase d’exécution, les suit et les analyse. Le statut de chaque défaut est documenté dans le registre du projet.

 

La phase d’évaluation devrait comprendre une étude des défauts afin de permettre à l’équipe de mieux comprendre leurs répercussions sur le produit ainsi que les risques qu’ils présentent et les efforts nécessaires à leur correction. Ainsi, l’équipe pourra prendre une décision éclairée et proactive concernant la gestion des défauts et mieux contrôler les coûts du projet.

 

Au début de chaque cycle avec Agile, le travail sur les défauts sera intégré au cycle ou ajouté aux tâches en souffrance. Avec Agile, les tests, la gestion des défauts et le travail de programmation sont effectués en même temps. La phase d’évaluation garantit que les défauts critiques ne se perdent pas à cause du rythme effréné du travail.

 

Le rapport développé lors de la phase d’évaluation aide à gérer le travail. Le statut des défauts est suivi et les étapes et efforts consacrés à leur correction sont documentés.

 

La phase d’évaluation a pour objectif de gérer les défauts de façon proactive. Au terme de cette phase, l’équipe devrait disposer d’un registre des défauts détaillant les risques et le statut final de chaque défaut du produit. Les scénarios ou scripts de test devraient être reliés aux résultats des tests afin de créer un rapport complet sur la gestion des risques.

Défis de l’évaluation dans le STLC

Souvent, l’équipe de développement se concentre uniquement sur les aspects logiciels et techniques des défauts et des bugs. Les processus métier à l’origine des spécifications derrière le produit ne sont pas pris en compte. Cela crée un vide dans le registre et une évaluation incomplète des risques que présente chaque défaut.

 

Au final, le produit logiciel est un outil destiné aux utilisateurs, et pas seulement un ensemble de code exécutable. Il est important d’inclure un cas d’utilisation pour chacun des scripts de test. Si elle ne tient pas compte des processus métier et des spécifications, l’équipe de développement risque de nuire à l’interface utilisateur du produit lors de l’élimination des défauts.

 

Un sondage des responsables informatiques dans les organisations internationales a confirmé ce défi. Les personnes interrogées ont cité le manque de rapports sur les tests orientés métier comme le principal défi rencontré lors de la phase d’évaluation.

Bonnes pratiques en matière d’évaluation dans le STLC

  • Votre phase d’évaluation devrait reposer sur les scripts de test et les cas d’utilisation.
  • Reliez directement les résultats des tests aux scripts de test développés lors de la phase de mise en œuvre et utilisés lors de la phase d’exécution.
  • Suivez et surveillez chacun des défauts à l’aide d’un rapport de gestion des risques. Un défaut passe par différentes étapes à mesure que vous travaillez dessus, le testez à nouveau et l’évaluez. C’est ce que l’on appelle le cycle de vie du défaut ou du bug. Un suivi précis de ce cycle constitue un élément essentiel de la phase d’évaluation.
  • Tenez un registre des répercussions des défauts. Ce registre pourra être utilisé lors de futurs projets pour définir la portée et planifier le travail de façon plus précise avant le début du projet.

Avantages de l’évaluation dans le STLC

La phase d’évaluation est essentielle pour aboutir à un produit logiciel fonctionnel et éliminer les coûts et dépenses superflus lors de futurs projets. Le rapport de gestion des risques peut être utilisé pour évaluer de façon plus précise les futurs projets et développer de bonnes pratiques à l’origine d’une amélioration continue.

 

La phase d’évaluation devrait également résulter en une analyse d’impact qui permette à l’équipe du projet de mieux gérer le projet et ses coûts tout en garantissant un produit fonctionnel et de meilleure qualité à chaque version.

Optimiser le développement logiciel avec le STLC

Agile se concentre sur la production de produits logiciels fonctionnels grâce à de courtes itérations d’effort et une documentation moins fournie. Comme nous l’avons évoqué plus tôt, cela apporte une plus grande flexibilité à l’équipe du projet ainsi qu’une meilleure gestion des modifications.

 

Un autre avantage du développement agile est qu’il permet à l’entreprise de publier des produits rapidement au terme de chaque itération. Ainsi, l’équipe informatique peut fournir aux utilisateurs métier un flux constant de valeur continue grâce à de nouvelles fonctionnalités et à des versions de produit à jour orientées client.

C’est ce que l’on appelle la livraison continue.

La livraison continue pour Agile

Un planning des versions serré nécessite une livraison continue, une intégration continue, des tests constants et des analyses du pipeline en continu.

 

Les entreprises qui optimisent le STLC parviennent à une meilleure adoption d’un modèle de livraison continue. La programmation, les tests et l’intégration ont lieu en même temps. Avec Agile, l’équipe informatique et de développement peut répondre rapidement et efficacement aux besoins métier en livrant de la valeur en l’espace de quelques jours au lieu de mois ou d’années.

 

Un STLC efficace devient un avantage compétitif pour l’entreprise, qui dispose ainsi d’une structure de test solide répondant aux besoins de développement rapide d’Agile. Avec le STLC, une équipe informatique et de développement peut publier des versions de produit de haute qualité au terme de chaque cycle de développement.

 

De nombreuses entreprises se tournent vers les outils de test d’application pour mieux mettre en œuvre, suivre et gérer leur cycle de vie des tests logiciels.

Les outils de test d’application et le STLC

Les outils de test d’application fournissent un cadre à la mise en œuvre du cycle de vie des tests logiciels. Ces solutions permettent de réduire les efforts de test sans sacrifier la portée ou la qualité de la version finale.

Par exemple, Test Dynamix de Panaya est un outil de test d’application qui standardise les tests à travers l’entreprise. Il permet d’accélérer le processus de test en fournissant une assistance et des outils numériques aux parties prenantes essentielles :

  • Les responsables reçoivent des alertes en temps réelconcernant les tests et les défauts, afin d’éliminer les ralentissements de façon proactive avant que ceux-ci ne se répercutent sur le calendrier.
  • Les responsables des tests bénéficient d’une visibilité en temps réel et de données granulaires à travers l’ensemble des cycles de test.
  • Les équipes transversales collaborent via le système afin d’accélérer l’exécution des tests et d’éliminer les interruptions de service.
  • La capture et la documentation automatiques des données de test dans un format prêt pour les audits garantissent la conformité.
  • La gestion intelligente des défauts automatise le suivi et fournit des notifications proactives pour une résolution rapide et une meilleure assurance qualité.

 

Avec la solution Test Dynamix prête pour Agile, chacun respecte les mêmes normes de test à travers l’entreprise. Tout le monde collabore au sein du même système. Les silos de test et de données sont éliminés, car l’entreprise travaille non seulement plus vite mais aussi de façon plus efficace, en produisant un travail de meilleure qualité.

Optimiser la valeur grâce au cycle de vie des tests logiciels

Les utilisateurs métier demandent une plus grande valeur et une meilleure qualité aux équipes d’informatique d’entreprise. Les bugs, les défauts et les versions ratées augmentent les risques et exposent l’entreprise à des pertes.

 

Les DSI et les responsables informatiques se tournent vers des méthodologies comme le cycle de vie des tests logiciels pour garder une longueur d’avance sur leurs concurrents et mieux répondre au rythme et aux demandes d’objectifs ambitieux.

 

Les outils de test d’application standardisent les tests à travers les entreprises internationales. Ils permettent et améliorent la collaboration tout en réduisant les coûts et les risques associés à chaque version.

 

Êtes-vous prêt à accélérer la livraison de projet et à améliorer la qualité logicielle grâce au cycle de vie de la livraison logicielle ? Découvrez Panaya Test Dynamix pour voir ce que l’agilité en entreprise et les outils de test d’application peuvent faire pour vous.

 

 

Experience Stress Free Testing

I Want Risk-Free Change

×